Continuer à pulluler encore.
Et seulement des chiffres depuis 11 ans alors que «la religion de paix» quon veut nous imposer apporte la frauen suchen mann aachen guerre, le dicke huren nrw meurtre, la violence, les viols, le terrorisme, la barbarie, la lapidation, légorgement, la charia partout sur le globe depuis 1400 ans.Et il vivra peut-être ainsi de longues heures - d'interminables siècles - cet effroyable supplice jusqu'à ce qu'une balle troue sa cervelle délirante, ou qu'un minen, du même coup, l'anéantisse et creuse sa fosse." "Le Sel de la Terre" (bombardement de 'minen' à Verdun rive.Une pluie fine tombe, alourdissant encore les vêtements, les sacs et les musettes." "Les Suppliciés" - Naegelen "Des grenades cuiller leur furent distribuées à la dernière heure.« Sources : Le portrait dOtto Dix en 1922 est disponible sur le site du musée Thyssen de Madrid.pour que le nouveau-né soit testé il faut que les deux parents soient originaires dun pays à risque.Jai envie, dans ton petit salon" "La Guerre, Madame" - Paul Géraldy " Le soldat lève la tête.
La catégorie «Contre le racisme sous toutes ses formes».
Lors de lépreuve dhistoire des arts, vous devez être capables de citer une autre œuvre du même auteur ou du même courant artistique que celle étudiée.Lœuvre : Les joueurs de skat ou invalides de guerre jouant aux cartes (1920 il sagit maintenant détudier cette œuvre dOtto Dix.Des soldats : non, des gosses, de pauvres gosses, faibles et désarmés, des gosses perdus qui, las den appeler à limpitoyable cruauté des humains, se tournent désespérément vers la source même de leur vie, et pleurent leur maman, comme si, par delà les champs ravagés.Un allemand silencieux s'est tué d'une balle de revolver non loin du fort de Douaumont "Verdun" (retour au front parmi les pélerins) - Pierre Mac Orlan "On va à Verdun une fois, on revient à Verdun.Cest une peinture agressive qui nhésite pas à critiquer la société comme le fait Otto Dix avec «Les joueurs de skat».Otto Dix a peint un triptyque intitulé La guerre entre 1929 et 1932.Lhomme, avant dabandonner, jette un cri de dépit, une injure ; les officiers, harassés, nont plus le courage de faire des observations.Sous le tunnel, on est protégés et la cannonade narrive plus quassourdie." "Les Suppliciés" Verdun 1916, le Tunnel de Tavannes) - Naegelen "Le vrai soldat tirera toujours plus de mérite d'avoir duré que d'être un héros.Voici les douze coups de la fin d'un jour.Votre peau, il faut que vous la disputiez aux obus qui vous pourchassent aux contre-pentes, aux mitrailleuses qui vous abattent par colonnes entières, au ciel même qui crache du fer et du feu.


[L_RANDNUM-10-999]